Dans cette article, je vais vous parler d’une du cumule de deux passions. Dame nature et la photo-vidéo, les orages une passion électrique.

Depuis quelques temps et surtout dès que je le peux, j’essaie au maximum d’immortaliser les phénomènes climatiques. Principalement les orages. Etant sur Bassin d’Arcachon, mes prises de vues sont centrées sur cette zone géographique.

Un technique, un lieu stratégique, un instant T et UNE IMAGE.

Les éclairs sont imprévisibles et assez dur à prendre en photo. Mais lorsqu’il apparaît sur votre écran, je ne vous cache pas la joie que vous pouvez avoir.

Les plus plus beaux, pour ma part sont:

  • L’éclair, inter-nuageux qui est une décharge de plus d’une dizaine de kilomètres entre deux nuages. Elle provient généralement après les éclairs intra-nuageux. Elle est due à des échanges d’électrons entre deux nuages distincts. (cf photo Lakecity et la Teste de Buch)
  • L’éclair intra-nuageux où la décharge électrique donc l’éclair se produit à l’intérieur même du cumulonimbus. Il se manifeste uniquement par une illumination du cumulonimbus. Il représente 80% des éclairs d’un nuage. De plus, il fonctionne sur le même principe que les éclairs inter-nuageux, c’est-à-dire que les échanges d’électrons créent des différences de potentiel entre le sommet, le centre et la base du nuage mais lorsque ce potentiel est trop élevé, l’air entre ces niveaux n’est plus suffisamment isolant produisant un éclair intra-nuageux dû au claquage. Au contraire des éclairs inter-nuageux, les échanges d’électrons se font au sein même du nuage et non entre deux nuages distincts. (voir schéma simplifié). Dans le Gard, Daniel Gauvin a photographié une décharge intra-nuageuse. (Cf photo Alcatraz Palace à Séville.)

Les orages une passion électrique